mardi 23 août 2016

Tour du monde


Le Tour du monde en 80 pages, illustrations d'André Hellé sur un texte de Gaston Chérau, a été publié chez Ferenczi en 1927.

Il est désormais accessible en ligne sur Gallica, numérisé à partir de l'exemplaire de la bibliothèque municipale de Boulogne-Billancourt.




 

mardi 29 mars 2016

L'arche à l'hôpital









Un exemplaire de L'Arche de Noé se remet des outrages du temps...

Saluons le patient et fidèle travail du restaurateur ! 





Hellé avant Hellé




Longtemps négligée pour son ton gouailleur et la trop grande trivialité de ses images, la presse humoristique française ouvre de nouveaux terrains d'analyse aux chercheurs de toutes disciplines, en particulier grâce aux numéros numérisés par la BnF et mis en ligne sur le site Gallica. 

Ainsi tel passionné s’intéressant à l'oeuvre de Radiguet (père) trouve-t-il le temps d'enrichir nos connaissances en notant en parallèle de ses propres recherches, les numéros du Pêle-Mêle où intervient l'illustrateur-humoriste André Hellé, en début de carrière (en ligne ici).



Notons d’emblée que l’univers graphique de l’artiste n'en est encore qu'à ses balbutiements en 1899 et ne correspond guère aux exigences de facéties paillardes, d’humour populaire et de calembours visuels de l’époque. Hellé changera bientôt de voie pour convertir ses talents à l'univers enfantin qui fit sa renommée au début du XXe siècle.


BM



Merci à M. Dominique B. pour ses relevés inédits, antérieurs à notre propre inventaire du Pêle-Mêle

Le Pêle-Mêle, 13 Août 1899 : Une belle cure


Le Pêle-Mêle, 17 septembre 1899 : La vieille demoiselle

Le Pêle-Mêle, 14 mai 1899 : La cravate


Le Pêle-Mêle, 25 Juin 1899 : L'ascension


Hellé numérisé


De nouveaux titres d'André Hellé sont disponibles sur Gallica, soit désormais une douzaines de livres feuilletables sur écran et pouvant être regardés en détail grâce à la fonction zoom. 

L'Alamblog nous invite à redécouvrir pour l'occasion à redécouvrir Les Histoires de Patachou, texte de Tristan Derème illustré par Hellé, qu'il considère comme "l'un des plus beaux livres du siècle dernier". 




Hellé au far-west


Parmi les albums d'Hellé numérisés sur Gallica, "Campement d'indiens", avant-dernier fascicule d'une rare série d' "Albums à colorier et à découper" qui en compta six. 

Cette série fut publiée par l'éditeur habituel d'Hellé, Berger-Levrault, sans doute en 1929 (cet album est daté par erreur de "vers 1940" au catalogue de la Bibliothèque nationale). 

On ne sera pas surpris de voir qu'Hellé, dans son perpétuel dialogue entre images et jouets, recycle un thème ancien : il avait en effet réalisé, 10 ans plus tôt, un jouet en bois (que nous n'avons jamais vu), intitulé "Chasse au Far-west"  dans lequel figurait le même canoé indien...


Campement d'indiens

Catalogue d'étrennes des magasins du Printemps, 1918


vendredi 29 janvier 2016

Retour à Boyardville








La Maison heureuse, à Boyardville sur l'île d'Oléron, est une colonie vacances réalisée par l'architecte Clément Camus, sans doute avec le concours d'André Hellé (cf. en particulier notre billet du 27 février 2013). 


Les fresques réalisées par Hellé ont depuis longtemps disparu, à moins qu'elles ne soient cachées sous les coffrages qui ont ensuite recouvert les murs...

Le bâtiment est désaffecté depuis quelques années, il est aujourd'hui question d'y installer un "centre de remise en forme" pour sportifs, idée qui aurait sûrement amusé Hellé et lui aurait peut-être inspiré un dessin évocateur sur les méfaits du sport...!


Nous espérons que cet ensemble architectural remarquable sera préservé, et non pas saccagé, comme c'est trop souvent le cas de nos jours.


(Avec nos remerciements à M. Olivier B. pour l'information.)





Frises et papiers peints...



André Hellé, chambre Cendrillon (mobilier, accessoires, jouet, frise murale)



     Déjà reconnu dans les milieux artistiques pour son imagerie du "Pays d'enfance", André Hellé est approché dès 1906 par les grands noms de la décoration murale. Chaque année et jusqu'à la guerre, il ornementera de son esthétique lisible et stylisée plusieurs modèles de frises, toiles d'ameublement et papiers peints, particulièrement adaptés aux chambres d'enfants.

     Le secteur est encore balbutiant en France où les coûts de production restent élevés et les espaces domestiques réservés aux enfants, fort rares. Ce sont les Anglo-saxons, pionniers en la matière, qui produisent des motifs enfantins sur tissu et papier peint depuis la seconde moitié du XIXe siècle, en faisant appel à des illustrateurs réputés tels que Walter Crane, Randolf Caldecott, John Hassall ou Kate Greenaway pour ne citer que les têtes de file.

    La première commande d'André Hellé provient de la Manufacture française P.A. Dumas à Montreuil-sous-Bois, spécialisée dans l'impression sur cylindres en relief : le motif circulaire de "La ronde" fera l'objet d'un tissu imprimé en 1907, tissu incidemment retrouvé dans un catalogue d'échantillons du Musée de l'impression sur étoffe à Mulhouse (voir notre billet du 24 juin 2013).


La ronde, papier à tenture A. Hellé 1907


     Suivront bientôt en 1908, les lais ocellés de "Bergère et moutons" chez Tekko et Salubra, compagnie allemande fort réputée pour ses "belles tentures murales lavables et inaltérables". Hellé reprend l'idée d'un motif ludique et répétitif, au graphisme aéré, aisément assimilable par les tout-petits. Ici un troupeau de moutons encercle à intervalles réguliers, une bergère hiératique vissée sur son socle. Tous ces jouets de bois tourné sont familiers aux petits Français de l'époque et relèvent de l'artisanat populaire allemand, de même que les maisonnettes naïves et arbres en copeaux qui rythment la frise en partie supérieure.


Bergères et moutons, toile de tenture, A. Hellé, 1908


     Au fil du temps, l'illustrateur produira d'autres frises murales, invariablement peuplées de jouets aux couleurs vives (soldats de bois, arche de Noé, jeux d'enfants) selon la délicate spécificité de l'artiste. On sait également qu'il ornera de fresques (directement peintes sur les murs) de nombreuses écoles et colonies de vacances (voir notre billet Les jolies colonies de vacances).
 
    Les deux exemples ci-dessous confirment, une nouvelle fois, qu'aucune frontière ne séparait le dessin du jouet dans l'esprit du décorateur. Il n'est que de montrer le même carrosse réalisé en volume en 1913 au sein d'une chambre de petite fille, pour s'en convaincre ! 

B.M.


Frise murale Les grands carrosses, 1910 - Frise murale Grenadiers à cheval, 1909

Le grand carrosse de Cendrillon, jouet de bois et tissu bourré, Angèle et André Hellé, 1913
 
 
(Photos : copyright DR/Les Amis d'Hellé)
 

mercredi 20 janvier 2016

Miousic


Dernière petite trouvaille de notre groupe de recherche : cette page de "Miousic", journal des petits musiciens, datée du 15 février 1905. Hellé réussit à y conjuguer avec brio ses deux passions pour la geste militaire (ou plutôt celle des petits soldats) et la musique. 
 
Lancé par les Editions musicales Enoch et Cie (toujours en activité) ce bimensuel, fourmillant d'informations pédagogiques, théoriques et humoristiques sur le monde de la musique, employa de nombreux illustrateurs de premier plan : Delaw, Moriss, Poulbot, Avelot, Léonce Burret, etc. Ce qui ne l'empêcha pas de faire long feu (1904 -1905)...
 
N'ayant pas eu accès à tous les numéros de la collection, nous espérons découvrir d'autres pleines pages signées André Hellé !

B.M.
 
 

lundi 16 novembre 2015

Hellé et l'Assiette au beurre




L'Assiette au beurre fut le principal magazine satirique et libertaire de la Belle époque, ferraillant avec virulence contre toutes les autorités et institutions, en particulier l'église catholique.
Dès son apparition, elle se distingue des autres feuilles humoristiques françaises par sa composition inédite, qui fait la part belle aux illustrateurs : chaque numéro est édité en format album et comprend dessins et caricatures en bi- ou trichromie, s'étalant en pleine (ou double) page. 

180 illustrateurs ont contribué à L'Assiette au beurre, parmi les plus intéressants de l'époque, dont certains, tels Kupka ou Van Dongen, sont devenus des artistes célèbres. 

Régulièrement, un artiste confirmé se voit confier la réalisation intégrale d'un numéro et c'est ainsi qu'André Hellé assumera quatre numéros complets, que l'on peut feuilleter in-extenso sur le site BNF-Gallica. On y constate la très nette et rapide évolution de son style, dans ces années charnières.




- N° 179 du 3 septembre 1904, Plaisirs parisiens (les dessins originaux sont conservés dans une collection privée).

- N° 364 du 21 mars 1908, De vilains masques.



- N° 425 du 22 mai 1909, Le royaume bulgare.

- N° 475 du 7 mai 1910, Le grand soir (l'original de la couverture est conservé par la Bibliothèque nationale de France).



Nous avons répertorié par ailleurs une quinzaine de participations d'André Hellé à d'autres numéros entre 1903 et 1910  : 

- N° 121, 25 juil 1903, Pape et papabili (deux dessins pleine page).
- N° 129, 19 septembre 1903, Erreurs judiciaires (deux dessins).
- N° 140, 5 décembre 1903, Le Maroc (un dessin).
- N° 148, 30 janvier 1904, La question d'Alsace-Lorraine (un dessin).
- N° 190, 19 novembre 1904, Le sauvetage de l'enfance (trois dessins).
- N° 198, 14 janvier 1905, Les palmes (deux dessins).
- N° 239, 28 oct. 1905, Profits et pertes (un dessin).
- N° 361, 28 février 1908, Les vagabonds (deux dessins pleine page). 
- N° 423, 8 mai1909, Les artistes… Au profit d'Aristide Delannoy, détenu pour délit d'opinion (un dessin couleur).
- N° 447, 23 octobre 1909, Les fraudes (double page en couleurs).
- N° 472, 16 avril 1910, Les congrégations des liquidateurs (deux dessins pleine page).


BM 



dimanche 15 novembre 2015

Jouets en guerre


Exposition à la médiathèque de Saint-Maur (94)

La guerre des jouets - André Hellé, 1914-1918






mardi 6 octobre 2015

Croisements




Chapitre 1

Nous connaissons le goût immodéré du jeune André Laclôtre (futur Hellé) pour ses régiments de soldats de plomb et de bois tourné. Il en truffera ses illustrations à l'âge adulte. En voici un parfait exemple avec le grenadier Bibi Tapin, héro du "Petit journal illustré de la jeunesse" en 1906. Notons que ce "Régiment aux petits pois" est commandé par un certain général Patapoum...




Chapitre 2

André Hellé n'a pas inventé ce personnage de Bibi-Tapin, qui fut créé en 1861 par Ernest Capendu et fut assez populaire jusqu'à la fin du siècle. On peut imaginer sans mal qu'Hellé puise, à son habitude, dans ses émotions et souvenirs d'enfance. En revanche, le général Patapoum semble être de son invention. 



Chapitre 3

Nous reconnaissons le graphisme si caractéristique des soldats d'Hellé dans ce coffret de 6 cubes lithographiés (sans date - années 1930 ?) appartenant au Musée du Jouet ancien de Wambrechies dont nous remercions vivement le directeur, M. Franck Astruc. Le coffret contient 5 planches d'images à recomposer ; la sixième servant habituellement de décor au coffret de bois (comme ici en dernière position). Le nom de "Patapoum" apparaît clairement inscrit dans un cartouche de la 4e séquence et rappelle d'évidence la revue ci-dessus. 


L'analyse des planches montre cependant deux types de dessins en disharmonie et tend à prouver que l'illustrateur des cubes a "emprunté" les soldats d'Hellé pour les insérer dans des scènes de jouets animés platement cernés. Piratage très fréquent dans ce type de jeux, rarement attribués. La vache semble, elle aussi, provenir d'un autre univers et rappelle la manière de Benjamin Rabier.




Chapitre 4

Une récente vente aux enchères révèle une seconde version de plus grand format (20 cubes ?) avec deux nouveaux visuels : l'attaque du fort et l'accolade finale. Hic : une image fait malheureusement défaut et ne permet pas de rétablir une éventuelle chronologie. S'agirait-il à l'origine d'une histoire complète, inspirée par un fan d'Hellé et largement étoffée par ses soins ? Pourra-t-on en retrouver la trace au hasard d'un autre magazine pour la jeunesse ? L'enquête continue...


Alerte :


Le nom du fabricant du jeu de cubes nous reste encore inconnu mais nous disposons de son logo (au centurion ?) et le soumettons à
la sagacité d'un amateur éclairé. Merci de tout complément d'information. 

BM

dimanche 28 juin 2015

Smileys animés



Vers 1905, André Hellé créa une signature pictogramme, qu'il utilisera durant une dizaine d'années. Il en fit même un logo, qu'il déposa à l'Institut National de la Propriété industrielle en 1910.




Ce pictogramme auquel Hellé s'amusa à donner quantité d'expressions différentes est l'un des ancêtres de nos modernes "smileys", nés dans les années 1960. Il est très possible qu'Hellé ait été inspiré par Roubille, qui avait déjà utilisé un monogramme formant un visage dès 1900, même si ce dernier était moins stylisé et moins expressif que celui d'Hellé (voir par exemple ici).

Nous caressons depuis longtemps l'idée de réaliser un folioscope (flip book) à partir des "smileys" d'Hellé. Un ami des Amis d'Hellé, que nos remercions vivement, a réalisé un très joli petit film d'animation à partir d'un échantillon de ces pictogrammes.

Cela rappelle les débuts du cinéma d'animation, qui naît dans la même période, et ce n'est peut-être pas un hasard. Le premier dessin animé, réalisé en 1906 est d'ailleurs intitulé "Humorous phases of funny faces".



video

lundi 15 juin 2015

Voici l'enfant qui reprend sa place



"André Hellé est, parmi les artistes, celui qui aura le plus fait 
pour le progrès esthétique du jouet"






Un article très musclé de Léo Clarétie, le "pape" du jouet, 
contre "le jouet boche". 

L'article est paru en octobre 1916 
dans le numéro 42 de la revue "Les amis de Paris".

La présence des oeuvres d'André Hellé à chaque page de cet article prouve que la notoriété de l'illustrateur est à son zénith à cette époque.





vendredi 8 mai 2015

Des jouets d'Hellé chez Pierda






Au début des années 1930, Pierre Portelette (1890-1971) s'engage dans un partenariat exclusif avec les éditions Delagrave afin de créer une collection d’albums photographiques pour enfants sous le pseudonyme de Pierda.



Le succès remporté par un premier "Alphabet" où il fait intervenir ses deux jeunes enfants en 1934, entraînera un second Alphabet sur le thème du jouet en 1935. "Ne bougeons plus" sera adapté en album un an plus tard aux USA sous le titre "I'll take your picture" avec la fille de l'artiste en couverture des deux albums. 



C'est à la lettre "F" comme "ferme" que nous découvrons les bâtiments de bois du "Village français" crée par Hellé et Carlègle en 1913 : maisonnettes, moulin à eau, appentis de jardin et meules de foin. Ces jouets ne sont cependant plus en vente à l'époque des prises de vue, preuve de l'attachement durable du public à ces simples volumes de bois, évocateurs de la campagne française.



Les autres figurines en ronde bosse sont en plomb ou en aluminium (animaux, fermière, paysan, barrière, arbres et mare aux canards) et semblent relever de la célèbre marque Quiralu. Pierda s'est ainsi emparé de jouets hétéroclites, d'époques et styles divers, pour composer son propre univers imaginaire, exactement comme le font les enfants...



BM



* Pour en savoir plus sur ce livre, voir l'étude de Juliette Lavie parue dans la Revue des livres pour enfants (en ligne ici).



"Ne bougeons plus" photos de Pierda, Ed Delagrave 1934



 Version américaine ("I'll take your picture", Artists and Writers guild, 1935)