lundi 15 novembre 2021





Fondé à la Belle Epoque par Félix Juven, Le Rire se définissait lui-même comme le « premier journal humouristique (sic) français, vraiment artistique et vraiment bon marché ». Effectivement, à partir de 1894 l'hebdomadaire remporte un immense succès populaire et attire les meilleurs illustrateurs-caricaturistes du temps, avec un tirage dépassant souvent les 300.000 exemplaires : Steinlein, Caran d'Ache, Toulouse-Lautrec, Forain, Léandre, Roubille etc... y feront grincer bien des dents. 


 
Moins virulent que ses confrères, André Hellé y exerce sa verve comique dès 1899, et se gausse des moeurs contemporaines autant que des scandales politiques, avec l'humour-bonhomme qui convient à son trait enfantin. Il se distingue particulièrement dans les séquences polissonnes qu'affectionne le journal, et c'est dans le numéro 207 du 19 janvier 1907, qu'il aborde le sujet de la Repopulation - une histoire en un acte et sans paroles. On y voit un lit conjugal se transformer progressivement en chou maraîcher et donner naissance, comme il se doit, à un bébé potelé.


 

Le sujet dut plaire au delà du journal, puisqu'il fut promptement ré-édité par l'imprimeur-éditeur Kossuth, sous forme de carte postale en noir et blanc, puis d'estampe colorisée (50 x 65 cm) que l'artiste re-baptisa opportunément: LE CHOU. Il est fort probable qu'il calligraphia lui-même ce nouveau titre sur l'estampe, pour en augmenter l'impact visuel.

PS : Merci à A.P de nous avoir communiqué la photo de l'estampe en question - estampe qui trônait dans la chambre de son arrière grand-mère, pour son plus grand amusement !



mercredi 10 novembre 2021

Art total

 

 

Cette annonce figure dans le catalogue spécial ébénisterie du Printemps pour 1911. 

 

Nous connaissions déjà ce dessin, mais la bibliothèque Forney vient la numériser dans une très bonne qualité. On y découvre au passage les dimensions et prix de ces meubles. 

 

On y redécouvre "l'art total" de Hellé, qui est le "designer" de l'ensemble de ces meubles, jouets, objets, gravure, et, pour boucler la boucle, auteur du visuel publicitaire !


Pour mémoire, les deux autres versions connues, une gravure et le catalogue du Printemps en 1910.





 


mercredi 23 juin 2021

Des manuscrits d'Hellé numérisés !

 


Très bonne nouvelle,

Gallica a mis en ligne, en accès libre et gratuit, 

deux très intéressants manuscrits d'Hellé, 

conservés par la bibliothèque de l'Heure joyeuse 

(médiathèque Françoise Sagan). 


1 - Maman... les petits bateaux..., album imprimé, texte manuscrit et esquisses (l'ensemble relié par René Kieffer, comme la plupart des autres originaux des albums d'Hellé). 

 

En ligne ici

 




2 - Mik et Miquette au pays des songes, dans lequel Hellé reprend toute sa thématique du pays des jouets. Cet album n'a jamais été publié, il est inédit ! 

 

En ligne ici

 


 


Hellé et la Commune

 

 


 

En cette année anniversaire, intéressant rappel de l'excellent blog Ribambelles & Ribambins : 


La Commune de Paris racontée par Hellé dans ses "Souvenirs d'un petit garçon". 


En ligne ici

 

 

 


jeudi 25 mars 2021

Economisons le papier !


 


  

Six images de restriction de la Grande guerre

            par André Hellé


  Selon leur dénomination ultérieure, ces six "images de propagande" (1) furent commandées à l'illustrateur André Hellé par le Ministère de l'instruction publique, en vue d'une distribution en milieu scolaire. De fait, elles relevaient bien davantage des "mesures de restriction", qui encourageaient l'ensemble de la population française à se plier aux économies de guerre, imposées par le premier conflit mondial. 
 





  Dès la rentrée 1914, les écoliers avaient dûment été  associés à l'organisation d'une propagande de guerre, par le prisme de leurs loisirs (jouets, dessins, albums, périodiques), de leurs travaux scolaires (la guerre est désormais inscrite au cœur de leur programme), et de leurs devoirs patriotiques (levées de fonds, haine de l'envahisseur, héroïsation de l'enfant-soldat). 

  L'école devient rapidement "l'un des vecteurs privilégiés de la mobilisation intellectuelle et morale de l'enfance" (2). L'intégration des plus jeunes à l'effort de guerre passe également par les difficultés matérielles et les commandements économiques du monde adulte. Les consignes véhiculées par ces six images en attestent : 
 
Pour vivre le mieux possible, produisons le plus possible - Récoltons les plantes médicinales, les fruits, les légumes - Travaillons beaucoup, parlons peu - Réservons les transports pour le front, et ne faisons venir que l'indispensable - Économisons le papier neuf, Revendons le papier vieux - Ne laissons perdre ni les bouteilles, ni la ferraille.  
 
  Nous noterons que ces conseils d'un autre temps, prennent de nos jours, une couleur singulièrement écologique !

  Editées par Berger-Levrault à Nancy, sans datation aucune, ces images aux dessins naïfs et aux couleurs chatoyantes (3) étaient souvent décrites comme des "cartes postales" par les vendeurs professionnels (carte de 14 x 9 cm), alors même que leur dos muet, n'indiquait aucune trace de circulation. Ce n'est que récemment que l'une d'elle, de format identique (voir ci-dessous), afficha le dos imprimé d'une véritable carte postale, ayant circulé le 17 août 1915. L'exemple reste unique dans nos archives, mais démontre que de telles cartes postales furent utilisées pour la correspondance militaire et civile à partir de 1915, en même temps qu'elles furent distribuées, en quantité plus conséquente et de manière plus réitérée, dans le cadre scolaire.

NB : Nous continuons parallèlement de rechercher "les assiettes pour enfants, du temps des restrictions", présentées par Hellé à la Société Nationale des Beaux Arts 1 (SNBA) en 1919, dont nous avons toute raison de penser qu'elles présentaient en leur centre, les mêmes motifs illustrés. Un collectionneur d'assiettes parlantes, saura-t-il nous le confirmer ? 
 
B. M.


  - Carte postale manuscrite, verso et recto, 17 septembre 1915 
 



NOTES :
 
1) Ces images (n° 3008) furent officiellement présentées au salon de la SNBA en 1919. Les assiettes parlantes apparaissent sous le numéro suivant : 

2) Stéphane Audouin-Rouzeau, La guerre des enfants 1914-1918, Armand Colin, 2004.

3) D'importantes variations de coloris (couleurs pâles ou vives), et de support papier (grammage plus ou moins épais) indiquent qu'il y eut plusieurs impressions de cette série d'images, et que leur diffusion se prolongea probablement dans les écoles, de 1915 jusqu'à l'après-guerre en 1919.
 

samedi 2 janvier 2021

Souvenir du 1er janvier 2021

 

Il y a près de 120 ans, 

André Hellé imaginait avec humour un réveillon médicalisé... 

Nous vous souhaitons une très belle année 2021,

 une bonne santé et de jolies découvertes !

 


 

 

 

mardi 22 décembre 2020

Le soldat et la poupée...

 

 

INSPIRATIONS CROISEES

 de Casse-Noisette à Petrouchka

 et du Roman d’une poupée à La Boîte à Joujoux.

 


   C’est en découvrant Le roman d’une poupée, un livret musical de 1906 signé d’un certain Théodore Lack, qu’il nous sembla reconnaître en pointillés, le scénario du ballet La Boîte à Joujoux1, créé et mis en images par André Hellé en 1912, puis mis en musique par Claude Debussy aux prémices de la Grande guerre.

 

 

   En 1912, Hellé venait justement de s’associer à une joyeuse comédie de mœurs - la bien nommée revue Mille neuf cent douze - pour laquelle il avait composé un des décors les plus kitsch : un gourbi marocain de carton-pâte 2

 

 

Il entrevoyait déjà une carrière de costumier décorateur de théâtre, et dans ce contexte, avait imaginé, un petit divertissement, mettant en scène « une poupée, un soldat de bois et quelques jouets d’enfants ». La suite des évènements nous est désormais familière, ainsi que l’intérêt inattendu du grand musicien pour ce sujet enfantin, destiné à régaler Chouchou, sa fillette de 7 ans.

   Le thème des jouets qui s’animent à la nuit tombée, n’est pas une idée originale de l’illustrateur. Bien au contraire… Depuis le XIXe siècle, c’est l’un des ressorts récurrents de la littérature jeunesse, qui encourage les poupées à écrire leurs mémoires, les casse-noisettes à déclarer la guerre au roi des souris, et le vaillant soldat de plomb à s’enticher d’une danseuse en jupon transparent3. Cette même fascination pour le royaume des jouets, s’incarnait parallèlement dans le monde du ballet féerie, avec la vogue des spectacles de pantins et marionnettes, amorcée en 1892 par le célèbre Casse-noisette de Tchaïkovsky, et relancée en ce premier quart de XXe siècle, par l’étincelant Petrouchka d’Igor Stravinsky, qui fit si grande impression sur Debussy lui-même.


Scène du ballet Casse Noisette, théâtre Mariinsky, St Pétersbourg 1892

Nijinski dans le rôle de Pétrouchka, Théâtre du châtelet, Paris 1911

 

   Contentons-nous dans un premier temps, de relever les ressemblances entre les livrets de MM. Lack et Hellé, en nous penchant plus précisément sur l’illustration et l’intrigue, puisque le versant musical n’est pas de notre ressort. Si la lecture de certains ouvrages spécialisés nous apprend que Th. Lack livre ici d’amusants pastiches musicaux, et que C. Debussy se plaît à truffer sa partition de comptines enfantines et de parodies d’opéras connus ; nous attendrons de recueillir l’avis d’un musicien averti pour aller plus avant, et lançons donc un appel à contribution !




  Les jouets vont à la noce, Le roman d’une poupée, ill. Yvonne Lack, 1906

 

L’auteur du Roman d’une Poupée - Théodore Lack (1846-1921) - est un musicien prolixe, professeur au Conservatoire de Paris, qui se fit essentiellement connaître pour ses recueils de partitions pour débutants, dont une fameuse Méthode élémentaire de piano en 1909, pour laquelle Debussy (tiens, tiens ?) composa un morceau fort reconnaissable4. Les dessins de jouets, qui ornent plaisamment le fascicule, sont de la main de sa fille Suzanne Lack, nommément citée en première de couverture. Celle-ci s’inspire d’évidence des jouets disponibles dans les magasins de l’époque : quelques jouets français évidemment (Polichinelle, cheval-jupon, marotte à  grelots, diable en boîte, poupart de Villers Cotteret6 etc.), mais aussi jouets populaires allemands de bois tourné (poupée tourniquet, cavalier à cheval sur planche à roulettes, arbre conique, danseurs montés sur crin, soldats de Nuremberg, etc.), ceux-là même qui abonderont dans toute l’œuvre d’ André Hellé : de ses premiers dessins de presse, aux albums pour enfants, jusqu’aux jouets d’artiste. Si leur représentation graphique diffère grandement d’un livret à l’autre, les sujets, eux, sont absolument identiques.

 


 

En bon professionnel du dessin, Hellé les stylise, les interprète à sa tendre mesure, et les anime avec humour, au gré des situations. De 1910 jusqu’à sa mort (1945), il les matérialisera avec succès, dans une série de jouets de bois tourné5, qui séduiront nombre de catalogues de Noël et d’étrennes.

   De son côté, Mlle Lack (27 ans), dont nous devinons rapidement « le joli coup de crayon », s’attache à reproduire les mêmes jouets de façon plus réaliste, presque scolairement en respectant leurs véritables dimensions et leur raideur originelle de bouts de bois. C’est avec une charmante naïveté, et une honnête application, qu’elle décore la partition paternelle, mais reste bien en deçà de la patte d’un professionnel de l’illustration.

 


 

   L’avertissement qui précède la partition de M. Lack, préfigure clairement, le prologue qu’écrira Hellé six ans plus tard pour La boîte à joujoux. Jugez par vous-même : 

1) Lack : « L’histoire que je vais vous raconter, se passe dans ces palais enchantés que vous connaissez tous bien, et qu’on appelle un magasin de jouets. Au milieu de mille merveilles, un beau capitaine et une adorable petite poupée provoquaient l’admiration. » 

2) Hellé : « Cette histoire s’est passée dans une boîte à joujoux. Les boîtes à joujoux sont en effet des sortes de villes dans lesquelles les jouets vivent comme des personnes […] des poupées dansaient, un soldat vit l’une d’elles et en devint amoureux. »

   S’ensuit dans les deux cas, l’inévitable romance entre le soldat et la poupée. Le premier scénario voit le capitaine « Sabre au clair » s’éprendre d’une poupée sentimentale - la princesse Myosotis - qu’il épouse sur-le-champ. Leur bébé n’est pas sitôt baptisé, que le magasin de jouets se transforme en vaste champ de bataille, où le capitaine vient à mourir en héros, emporté par un boulet de canon, « presque aussi gros qu’un petit pois de Clamart » ! Un bouquet de « myosotis séché » sera retrouvé sur place. En apprenant la funeste nouvelle, Mme Sabre-au-clair et sa fifille tombent à la renverse et se brisent en 1000 morceaux. Tout le peuple des joujoux se réunit alors pour suivre les funérailles, au rythme d’une marche funèbre, « sombre et triste » précise le livret ! 

 

 

 

   Hormis quelques séquences anecdotiques, et une « happy end » diamétralement opposée à la précédente, le schéma de La Boîte à joujoux se découpe quasiment de la même façon :

1) réveil des jouets à la nuit venue,

2) naissance du sentiment amoureux entre un soldat et une poupée,

3) guéguerre entre belligérants à coups de boulet-petits pois,

4) une fleur comme gage de l’amour pur (myosotis/rose).

La conclusion faussement dramatique de Th. Lack (les jouets finissent toujours par casser, c’est bien connu !), se transforme en retraite plus consensuelle chez A. Hellé, qui choisit de projeter son couple d’amoureux, 20 ans après, dans un confortable chalet : le soldat « en barbe blanche » tenant à la main une rose séchée (rappel du myosotis séché ?), et la poupée « considérablement grossie », étant entourée d’une nichée de mouflets. Ainsi va la vie dans la boîte à Joujoux, soupire l’auteur avec philosophie !

 


 

Les arguments des deux livrets musicaux ne cessent donc de s’entrelacer, et multiplient tant de coïncidences, qu’on peut raisonnablement supposer qu’André Hellé (ou peut-être Debussy7 ?) ait eu connaissance du Roman d’une poupée. N’en découlera aucune réplique servile, mais plutôt une version enrichie, prétexte à plus de développement musical. Si La Boîte à Joujoux suit effectivement les méandres d’un scénario comparable, elle surpasse de fait la version de Th. Lack, qui s’en tint à une partition pianistique illustrée. Le tandem Debussy-Hellé, mené (il est vrai) par la forte personnalité du musicien, aura engendré de son côté : un livret musical richement illustré + une partition orchestrée (achevée après le décès de Debussy, par son disciple André Bachelet) + des décors et des costumes pour un ballet devenu célèbre… Il aura même imposé un style, si l’on en croit une aimable note du compositeur Arthur Honegger en 1925 : « Depuis La Boîte à Joujoux il n’est pas une revue où l’on ne voit subtilement la danseuse raidir les bras et les mouvoir en gestes saccadés, tandis que son partenaire, habillé en soldat, fait semblant d’avoir les jambes de bois. Cela est devenu une tradition ! » 8

 

B.M., novembre 2020

 


PS : Voici quelques mois, un lecteur attentif avait attiré notre attention sur une autre partition de Th. Lack - la Sonate pastorale - pensant reconnaître un des jouets de bois d’André Hellé, dans la vignette de couverture. Comme le présent article tente de l’exprimer, les jouets illustrés par Yvonne Lack relèvent davantage des jouets traditionnels de l’époque, que des jouets modernistes et épurés d’André Hellé 7. L’imagière produit ici une vignette très ressemblante de « la gardeuse de moutons, sur planche à roulettes », un grand classique des magasins de jouets et de bimbeloteries depuis le milieu du XIXe siècle !

 

NOTES :  

 

 1        - Voir notre précédent billet : La boîte à Chouchou (octobre 2020)

 2       - Mille neuf cent douze : revue en 7 tableaux de Ch. Muller et R. Gignoux, pour le Théâtre des arts à Paris (17 avril 1912) : Musique de scène et ballet de Florent Schmitt, décors et costumes de G. Delaw, Ch. Martin, M. Dethomas, F.Jourdain, J. Hémard et A. Hellé. Contrairement à certaines informations erronées, nulle trace de « boîte à joujoux » dans le décor inventé par A. Hellé, mais « un gourbi avec palmier » de carton-pâte.

 3       - Cf. Mémoires d’une poupée, Louise d’Aulnay (1838) ; Les confidences d’une poupée, Timothée Trim (1867) ; Casse-noisette et le Roi des souris, E.T.A Hoffmann (1816), adapté par Alexandre Dumas ; Histoire d’un casse-noisette (1844), Le vaillant soldat de plomb, Hans Christian Andersen (1838).

 4       - « The Little Nigar » selon le titre même de Debussy (Le Petit nègre) : ragtime où l’on perçoit déjà l’influence jazzy de la musique noire américaine. Ce morceau semble être un premier jet du « Golliwog’s cake-walk », publié simultanément dans Children’s corner en 1909.

 2      5  -  Voir nos précédents billets : les jouets Hellé à l’Art institute de Chicago  (21/07/2014), La bergère, le berger et les Playmobil (28/05/2017), La guerre des jouets à Marseille (11 01/2018) et Hellé Olé ! avec la course de taureaux (17/10/2019).

 3       6 - A voir dans la brouette de l’ami Pierrot : pouparts de carton (sans bras, ni jambe) façonnés à Villers-Cotteret (Aisne) dans de vieux papiers de pain de sucre, et peints à Paris. Avec 3 cailloux dans le ventre, ils faisaient également office de hochet.

 4      7  - On sait par des courriers échangés, que Debussy insista auprès de l’illustrateur, pour qu’il privilégie la rose dans un médaillon, en couverture de La Boîte à Joujoux, Durand, 1913.

       - Note d’Arthur Honegger dans Théâtres de Musique du 15 juin 1925. Rappelons que le compositeur comptait parmi les amis d’Hellé, et vivait dans le même immeuble que lui, au 72 rue Blanche à Paris 9e.