mercredi 12 juin 2019

Histoires en images



Passionnante étude sur les récits en images d'André Hellé, sur l'excellent blog Topfferiana, consacré à la littérature graphique d'avant la bande dessinée. 

On y découvre en particulier différentes expérimentations stylistiques de l'illustrateur, et l'influence du modèle de l'image cinématographique. 

Elle est richement illustrée, entre autres d'une de toutes premières publications d'Hellé, dans La Caricature, en 1897, que nous ne connaissions même pas, de même que nous ignorions l'existence des "Aventures du capitaine Spardeck", série publiée 36 ans plus tard, en 1933, dans le quotidien Paris Soir. 

En ligne ici :  



 





samedi 8 juin 2019

Hellé urbaniste...






La Cité industrielle de Tony Garnier (1917)
revisitée par Hellé et Carlègle (1918)





Publié sous forme d'album en 1917, "Une Cité industrielle, Etude pour la construction des villes" est l'oeuvre fondatrice de l'architecte Tony Garnier (1869-1948), basée sur la vision globale et hygiéniste de l'aménagement des villes. Ce premier manifeste de l'urbanisme du XXe siècle organise la cité selon les besoins de l'homme à l'ère industrielle et y inscrit les quatre fonctions primordiales de la ville contemporaine: "Habiter, circuler, travailler, se distraire"... Un projet utopique, jamais réalisé, dont on peut cependant admirer la maquette à l'échelle 1/5000, à la Cité de l'architecture à Paris (voir en ligne ici), et qui a influencé tout le XXe siècle.



  Photo librairie Le Feu follet




Dès l'année suivante en 1918, André Hellé et Carlègle - peut-être enthousiasmés par le programme précurseur de Garnier -, décident de le matérialiser sous forme de jouets lilliputiens, à destination exclusive des Grands Magasins du Printemps. Leur cité industrielle comprendra 78 pièces dans sa formule complète, depuis les hauts-fourneaux de l'usine métallurgique jusqu'aux maisons ouvrières individuelles, en passant par les quartiers de la gare et de l'école primaire. Comme la plupart de ces jouets en bois à l'apparence modeste, celui-ci a disparu, on ne le connaît que par sa représentation dans les catalogue du Printemps. 

La cité moderne à l'usage des enfants n'a en apparence rien d'avant-gardiste ou d'utopique. Elle porte un nom imaginaire, "Moufry", qui évoque la France profonde. Mais, singulièrement, comme chez Garnier, cette ville ne comprend pas d'église...




Si nous nous étonnons qu'un tel jouet ait pu apparaître en 1918, dans un catalogue d'étrennes où prédominaient encore les jouets guerriers et les uniformes de soldats alliés taillés à hauteur d'enfant, nous voulons imaginer que les deux créateurs souhaitaient se distinguer des "va-t-en-guerre" du monde du jouet, pour proposer une vision futuriste de la cité, "où chacun se rendrait compte que le travail est la loi humaine et qu’il y a assez d’idéal dans le culte de la beauté et la bienveillance pour rendre la vie splendide".


B.M.






mercredi 8 mai 2019

Nouvelle petite découverte...


IL NE FAUT JURER DE RIEN...


Dans un billet de décembre 2010, nous regrettions l'absence de photos d'archives de la première Maternité ouvrière, ouverte à Levallois-Perret en 1917, afin de concilier les obligations familiales et professionnelles des ouvrières des usines d'armement, qui y étaient implantées ("André Hellé, un artiste social ?"). 

Nous savions en effet qu'André Hellé avait signé quelques décors intérieurs du bâtiment, pour en avoir relevé les sujets - présentés par l'artiste sous forme de médaillons - au Salon d'Automne 1919 (la chimie, la musique, la danse, l’histoire et l’astronomie ; la couture, le repas, le jeu, le marché et la lecture ; le cheval de bois, la ménagerie, la poupée, Guignol et les ballons ; la ville, le chemin de fer, la mer, la rivière et le hameau). 

En l'absence de documents, les archives municipales de Levallois-Perret n'avaient pu avancer que la destruction totale du bâtiment après-guerre, faute de financement. Depuis, ce sont les archives municipales de Saint-Etienne (à plus de 550 km de Levallois) qui ont retrouvé et retourné à la ville d'origine, une série de photos d'époque, conservées dans leur fonds documentaire. Un bel exemple de conservation partagée !

De notre côté nous remercions vivement Mme Cécile L., archiviste à Levallois-Perret, qui nous transmet aimablement cette photo de la salle de jeux, où apparaissent (subliminalement) trois des vingt médaillons en question.
 
Pour en savoir davantage : Levallois Mémoires
 
Crédit photographique: Ville de Levallois-Perret, Archives municipales



dimanche 21 avril 2019

Joyeuses Pâques...



...avec les charmants petits jardiniers d'Hellé ! 




Via le blog de Madeleine Deny, Si tu veux jouer .

Cette image provient de la collection Marie-Christine d'Hérouville, 
nous l'avions commentée ici :   Nouvelle trouvaille 





mardi 26 mars 2019

Bon anniversaire !



A l'occasion de l'anniversaire d'André Hellé, né le 26 mars 1871, Pascale Rousseau, de l'association Mémoire d'images, nous communique cette trépidante aventure que nous ne connaissions pas. 

Elle a été publiée dans le Petit Journal illustré de la jeunesse, le 8 novembre 1908.


Nous en profitons pour souhaiter un excellent anniversaire  à Arthur, né lui aussi le 26 mars, mais en 2012, qui a reçu en cadeau "Drôles de bêtes", dans la belle réédition de MeMo.


mercredi 2 janvier 2019

Au revoir 2018, bonjour 2019 !


Meilleurs voeux...

Avec cette boite de cubes imitant des dessins d'Hellé, datant peut-être des années 1930-40. Son éditeur, "RF", n'a toujours pas été identifié...  (Voir notre post sur ce jeu : Croisements)



mercredi 26 décembre 2018

Clin d'oeil à Clindindin


A la fin des années 1930, Hellé illustra, dans un style renouvelé et "moderne", "Clindindin" de Paul Géraldy. Ce livre fut publié par Calmann-Lévy dans la belle collection "Pour nos enfants", dont les illustrations étaient tirées en lithographie couleur par Mourlot, le célèbre imprimeur qui a travaillé pour de nombreux grands artistes. 

Nous avons découvert récemment que ce livre avait fait l'objet d'une pré-publication dans la presse, en l'occurrence dans Paris-Soir, en août 1937 (le volume lui-même ne sortit qu'en décembre, pour les étrennes 1937-38). 

Il s'avère que les illustrations sont différentes, et pourtant semblables. En particulier, ci-dessous, Hellé a synthétisé trois dessins qui sont dans le livre dispersés sur la double page (Clindindin regardant le sol depuis la Terre, la lune suspendue par les oreilles, et les deux silhouettes). 

C'est le même programme iconographique mais adapté au type de publication : la contrainte a suscité des images nouvelles...





 









jeudi 22 novembre 2018

La Boite à joujoux au Musée du jouet



En coordination avec le théâtre Blanche de Castille
le Musée du jouet de Poissy 
propose l'excellent spectacle La Boite à joujoux, 
musique de Debussy - livret d'André Hellé, 
par la compagnie du Piano ambulant.  
 
Il reste encore des places pour le 2 DECEMBRE PROCHAIN. Téléphonez pour réserver !




vendredi 16 novembre 2018

Joujoux à Paris



La Boite à Joujoux mise en scène par Hervé Dupuis 
est désormais visible à Paris.

Théâtre du Gouvernail, jusqu'au 19 décembre 2018




jeudi 15 novembre 2018

Armistice


A l'occasion de la commémoration du centenaire 
du 11 novembre 1918

Hellé dans la rue à Saint-Maur (Val-de-Marne)

(Agrandissement d'une carte postale de l'époque) 

mardi 31 juillet 2018

Hellé chez les Modernes


 
   


L’exposition consacrée à l'UAM (Union des Artistes Modernes) au Centre Georges Pompidou donne l'occasion de redécouvrir Francis Jourdain, peintre décorateur, designer et précurseur du mobilier contemporain.

Dès 1922, ce dernier s'exerça à utiliser rationnellement les espaces exigus des appartements pour proposer un mobilier fonctionnel et bon marché, aux lignes particulièrement dépouillées.

On connaît l'amitié professionnelle qui le lia à André Hellé, à qui il confiera divers travaux de décoration, dont ceux des bâtiments et mobiliers de colonies de vacances de Boyardville-Oléron et de Gérardmer (voir notre billet sur "La maison heureuse" et "La maison joyeuse").

De même, Francis Jourdain meublera la chambre d'enfant "a minima" et ne manquera jamais d'y inclure les jouets modernistes du tandem Hellé-Carlègle. Voici une page du "Répertoire du goût moderne" (1928-29) qui atteste de sa volonté d'associer ses collègues du jouet à ses propres ensembles mobiliers : le "Moulin joli" (1923) apparaît en effet, clairement découpé sur le manteau de cheminée. On notera l'harmonisation des coloris avec ceux de la chambre représentée.


 
  
 


Autre présentation du "Moulin Joli" de Hellé & Carlègle, auprès d'un coffre à jouets par Jourdain. Sur le couvercle coulissant, on notera le meunier au large tablier, le puits à eau ainsi que quelques animaux en bois peint (chien d'arrêt, mouton et boeuf de labour) dessinés en exclusivité pour les Grands Magasins du Printemps. À notre grande déconvenue, nous ne sommes toujours pas parvenus à identifier la poupée qui émerge du coffre (avis aux amateurs !).
 
Aisément reconnaissables sur le précédent cliché en noir et blanc (1925), voici quatre des figurines originales livrées avec le "Moulin joli" dont on ne manquera pas d'apprécier les volumes rigoureusement géométriques - triomphe de la règle et du compas !

B.M.





jeudi 5 juillet 2018

Genèse de l'Arche...



Arche de Noé, André Hellé ,1911, bois découpé et peint. 
Collection Musée du jouet, Poissy. Photo R.P. Ribière



Toujours à l'affût des prémices de l'Arche de Noé en bois décoré d'André Hellé (arche à toit ouvrant, proposée en 1911 avec 18 animaux peints dans le catalogue de Noël des Magasins du Printemps), les Amis d'André Hellé s'amusent à relever leurs volumes déjà esquissées en 1906, dans une planche récemment découverte du "Petit journal illustré de la jeunesse". 

Si le concours de dessin proposé antérieurement par l'artiste en 1904 dans la revue "La Joie des enfants", relevait déjà du même thème, il ne faisait que "citer" les silhouettes de tradition allemande, découpées dans de minces planches de bois décoré. Seul, le petit roquet à la langue pendante (en bas à droite de l'image) relevait du style propre de l'illustrateur. 

Appel à contribution : nous aimerions poursuivre ces recherches archéologiques en publiant les visuels que les lecteurs de ce blog pourraient découvrir au fil des pages enfantines du début du XXe siècle. 

B.M. 



"Le petit journal illustré de la jeunesse" N° 115, 23 décembre 1906



Animaux de l'Arche, 1911 - Fac-similés, réalisation O. M.

 

"La joie des enfants" nouvelle série, 15 décembre 1904